La vie est un sport individuel ...
28 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 17 et fin

Dans un vertige immense qui lui creusa le ventre et lui coupa le souffle, il se laissa tomber dans le vide...Le choc fut violent sur la neige épaisse mais gelée en profondeur. Il ouvrit les yeux pour découvrir qu'il n'était tombé que de trois mètres environ, recueilli par une corniche qu'il n'avait pas remarqué vu d'en haut. Dans un reflexe de survie, son corps avait effectué une sorte de saut carpé qui l'avait fait atterrir ici.Il retrouva rapidement ses esprits. Emergeant du trou qui s'était formé sous l'impact, il se sentit... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 05:26 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

27 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 16

Seule lui importait maintenant la façon dont il pourrait se sortir le plus rapidement possible de l'ornière... Il arriva à "La Chaudanne" en bas de la station.Sans se soucier de la pause de midi, une longue file d'attente s'étirait dans l'attente des télécabines. Son ticket en poche, il se résigna à prendre son tour au milieu des skieurs et des surfeurs, empétrés dans leurs matériels.Enfin, il put prendre place pour une montée sans histoire, le vent étant tombé.Dès qu'il fut sorti, un air glacial lui brûla les sinus. Se... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 06:40 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
26 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 15

Sans qu'il s'en rendit réellement compte, pris par son plaisir, il en oubliait la boule dans la gorge...La piste rouge s'orientait vers le nord est. Les quatre kilomètres d'ascension ininterrompue se laissaient deviner aux piquets fichés le long du tracé. Il savait qu'il allait devoir donner le maximum pour assurer le retour par cette montée molle et interminable.Le plaisir de glisser dans la neige fraîche se transforma alors en un effort monotone. Il sentait la sueur couler le long de son dos. Ses muscles répondaient bien. Ses lèvres... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 07:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
25 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 14

Il n'avait retrouvé le sommeil que quelques jours avant d'arriver à Meribel, mais sa vie tournait à vide...Un jour cotonneux s'était levé sur la station. En sortant de "Chez Kiki", il salua le remplaçant de la barmaid et retourna à l'hôtel prendre son déjeuner. - Pense à farter tes skis, se dit-il en poussant la porte. Le couple de Saône et Loire n'était pas encore levé.Il prit la navette de neuf heures qui le déposa au départ des pistes de fond au Blanchot. Le temps était toujours aussi mauvais, et il se retrouva seul comme... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 07:09 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
24 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 13

Elle avait disparu dans la bouche de métro "Saxe Gambetta" avant qu'il n'ait eu le temps de réagir, décontenancé par cette mise en scène.Il n'avait rien vu venir. Mais, fidèle à son tempérament, il ne chercha pas à la revoir, respectueux de sa décision. Il n'était pas du style à se battre. L'amour devait être librement consenti, il ne pouvait être récupéré de force ou par la rhétorique. Mais il ne savait pas où il avait failli. Son geste était incompréhensible. Pouvait-on se quitter sans explications? C'est pourtant ce qui... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 06:35 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 12

La neige s'était remise à tomber. Tant mieux, il n'y aurait sans doute personne sur les pistes ce matin, au Blanchot!Il prit un numéro de "Courrier international" et parcourut distraitement un article sur l'enfouissement des déchets nucléaires. Son premier café lui manquait cruellement et le petit déjeuner de l'hôtel n'était pas servi avant sept heures trente. Trop long! pensa-t-il. Il prit sa douche. Habillé chaudement, il enfila ses bottes et quitta l'hôtel à la recherche d'un bar déjà ouvert. Il aimait le bruit de ses pas... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 08:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

22 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 11

Il se rendit compte que depuis le début de la journée, hormis l'accueil à la réception, il n'avait parlé à personne. Ce n'était pas la première fois. Il soupira  pour chasser ses idées noires ...Devant les flammes, au bout de quelques instants de cette quiétude moelleuse, de vieux souvenirs d'enfance dansèrent alors devant ses yeux. Il put revoir distinctement les ronds de crasse sur ses bras et ses jambes quand il rentrait au soir d'une longue journée de vacances... Il entendit aussi la voisine italienne qui appelait sans cesse... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 06:36 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 10

Il était descendu à l'hôtel "Marie-Blanche". Depuis longtemps il était tombé amoureux de ce gros chalet cossu qui surplombait la station de ski, dans le quartier de "La Renarde".La route avait été longue et les derniers kilomètres, verglacés, assez délicats.Il avait récupéré ses bagages et rangé sa voiture au parking. Le temps était magnifique. Il avait neigé abondamment la veille sur Meribel. Dans le froid intense de cette fin d'après midi, le soleil illuminait encore le haut des pentes et les sapins croulaient... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 07:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
20 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 9

La réponse qu'elle lui fait, sonne comme une promesse à double sens... Ils se dévisagent intensément.Déjà il l'entraîne pour une traversée de l'hôtel de ville et sa cour somptueuse. De l'autre coté, ils découvrent les énormes boules mauves et bleues planant au dessus de la place des Terreaux, telles des ovni.J'adore! lui murmure -t elle dans l'oreille.La pluie ne gâche pas la fête, au contraire ,elle lui procure une touche d'intimité.Au hasard de leurs pas, ils se retrouvent dans l'étroite rue Mulet, étrangement déserte. Il la retient... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 05:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 juillet 2009

La vie est un sport individuel ... 8

Le coeur battant, il rejoint le Passage, en se frayant un chemin parmi les promeneurs et leurs parapluies luisants...Le Passage a perdu son calme habituel: il sert de raccourci à la foule qui va et vient d'une animation à l'autre.Elle n'est pas là, mais il sait qu'il est en avance comme à son habitude. A l'abri du porche d'entrée, il détaille les mille lumières de la rue de la République, démultipliées par les reflets de la pluie. Les minutes passent, il songe alors au pire puis se rassure car c'est elle qui lui a demandé de... [Lire la suite]
Posté par Antiblues à 05:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]