Le show must go on à ce qu'on dit...
Allons-y, alors !
Mais difficile de faire dans la futilité.
Je reste vide devant mon écran blanc.
Mes mots sans importance s'envolent
comme des bulles de savon
emportées par le vent,
et crèvent, insignifiants,
bien avant d'atteindre l'éther,
partie la plus subtile et la plus élevée
de la blogosphère de l'atmosphère...

fragiles