-Oh Papy, raconte nous encore une histoire de bescherelosaures!
-OK, faites atterrir votre drone GoPro,
installez vous confortablement
et écoutez ...
Il était une fois, il y a très très longtemps,
une tribu appelée les bescherelosaures...
Une espèce très dangereuse
heureusement disparue comme tous les dinosaures !
A cette époque, les besherelosaures ont traumatisé
des générations d'élèves
avec cette question angoissante:

"Quand faut-il mettre la proposition subordonnée conjonctive complétive à l'infinitif?" (1)
-Papy, elle était "conjonctive" parce qu'ils avaient mal aux yeux les bescherelosaures?
Oh, on comprend rien !!
-Rassurez vous, eux non plus!
La réponse est pourtant simple:
Quand le sujet du verbe de la subordonnée est le même que celui du verbe principal, on emploie la construction infinitive!
-Euhhhh, tu peux nous donner un exemple?
-Mmmm, attendez, faut que je cherche un peu là...
"Antiblues souhaite s'entretenir avec ses lecteurs. Il compte leur écrire bientôt."
Bien entendu, cette transformation est obligatoire avec les subordonnées au subjonctif!
-Bien entendu! Tout ça pour ça??
-Oui les enfants, c'était du jus de crâne!
Vous avez donc de la chance,
cette maudite règle a disparu
avec l'apparition du langage texto !!!
Et comme le chantait l'inénarrable Annie Cordy
grande précurseuse  du langage djeunes:
ce ca ke bo !!

(1) Bescherelle L'essentiel page 368

ce ca ke bo